Dans les techniques de composition de musique, les compositeurs sont libres de choisir leur gamme de préférence. La gamme pentatonique signifie étymologiquement cinq (penta) notes (tonique). En effet, la gamme traditionnelle comporte sept notes. Ainsi, il faut se demander si cette gamme existe. La réponse est : oui ! Cette gamme se joue par le biais d’une technique « sans les touches blanches ». Les musiciens choisissent donc d’appliquer cette pratique de gamme. Ce qui ramène à la question des différents types de gammes pentatoniques dans la musique.

Le principal avantage du recours à ces variantes de gammes est qu’elles décorent tout autant qu’elles démarquent les improvisations et les solos. La raison indiquée est donc la possibilité de se tromper sur une gamme pentatonique lorsqu’on est entrainé, ce qui constitue une action improbable.

Afin de mieux éclairer sur cela, nous pouvons les résumer en deux catégories : la pentatonique mineure et la pentatonique majeure.

La pentatonique majeure

Cette gamme constitue le prolongement de la gamme majeure, à l’exception faite des notes dites « sensibles ». En effet, ces dernières se jouent avec un demi-ton précédé d’une autre note. Si dans une gamme majeure, un demi-ton existe entre deux notes comme Mi et FA et Si et Do de la prochaine octave, la pentatonique majeure ne considère pas la quatrième et la septième note.

Une gamme pentatonique majeure peut se formuler cette manière : Do, Ré, Mi, Sol, La, Do, si c’est une composition pentatonique de Do.

Pour une composition de gamme pentatonique majeure de Sol, la même procédure est appliquée. Ainsi, la formule est donc : Sol, La, Si, R2, Mi et Fa# (Fa dièse).

Plusieurs exercices sont disponibles sur les ressources en ligne et il suffit d’approfondir ces notions pour mieux les maîtriser.

Selon des sondages et études sur l’efficacité de cette méthode, elle n’est pas difficile à assimiler et à pratiquer. Toutefois, comme tout apprentissage, des exercices réguliers s’imposent pour bien maitriser la technique de suppression de la quatrième et la septième note pour la composition.

La pentatonique mineure

La différence entre pentatonique majeure et pentatonique mineure est l’emplacement de la/des note(s) à supprimer. Souvent utilisée dans les prestations de blues, elle appuie la clarté et la douceur de cette musique.

Comme pour la gamme majeure, il est primordial de s’appuyer sur la suppression du sixième ton. À titre d’exemple, pour la gamme mineure La. Pour obtenir une composition de cette dernière, il faut jouer toute une octave partant de La et en finissant sur la même note. De même que la pentatonique mineure est le dérivé de cette gamme. En effet, ces deux types de gammes sont presque similaires, puisque les notes utilisées sont les mêmes.

Toutefois, un recours à cette gamme pentatonique mineure s’avère nécessaire selon la situation. Un avantage que constitue le recours à cette gamme est que le basculement vers une gamme pentatonique majeure est possible et rapide.

Ces variantes de gammes constituent les deux grands types, mais l’essentiel est de vraiment prendre au sérieux l’application et la composition de ces notes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *